Philippe Vanardois peintre illustrateur naturaliste
           

Voir aussi : Photos

Chouette effraie
Illustrateur naturaliste et ornithologue, Philippe Vanardois dirige le centre régional de sauvegarde de la faune sauvage qu’il a créé à la ferme du héron de Villeneuve d’Ascq.
Son métier lui permet de conjuguer ses deux passions : le dessin et les oiseaux.

Philippe Vanardois
Le soigneur des oiseaux
(extrait d'un article paru dans Le Nord, juillet/août 2003.)

> Comment devient-on artiste naturaliste ?

Au départ, je voulais être vétérinaire mais j’étais nul en maths. La fibre naturaliste, je l’ai depuis que je suis tout gamin. J’ai beaucoup appris seul, je suis naturaliste autodidacte. J’ai ensuite enrichi mes connaissances au contact de scientifiques. Pour ce qui est du dessin, je m’y suis mis dès l’âge de 7-8 ans. Au début, c’était un peu malhabile mais j’ai persévéré. J’ai choisi cette voie, j’ai fait des études artistiques et je me suis spécialisé dans l’illustration naturaliste.

> Et vous en avez fait votre métier ?

Oui, je suis illustrateur indépendant depuis 19 ans. Je travaille pour différentes maisons d’édition sur des guides de la faune et de la flore, pour la société d’études ornithologiques de France qui a réalisé un ouvrage sur les espèces menacées. J’ai également travaillé à l’étranger, notamment pour le gouvernement tunisien dans le cadre de la protection des oiseaux et des mammifères, ainsi qu’aux Seychelles. Et je suis illustrateur pour une revue scientifique.

> Comment travaillez-vous ?

Je travaille surtout à partir d’observations et, pour ce qui est des oiseaux, de manipulations. J’ai toujours plusieurs dessins en cours et je passe de l’un à l’autre. Quand on se fixe trop longtemps sur un travail, il y a certaines choses, certains détails que l’on ne voit pas. Il est préférable de pouvoir alterner.

 
tous droits réservés Philippe Vanardois